Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le président palestinien Mahmoud Abbas a affirmé samedi être prêt à rencontrer le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu pour un "dialogue sans négociation". Seule condition: la libération des Palestiniens emprisonnés par Israël avant les accords de paix d'Oslo de 1993.

Dans l'avion qui le ramenait vers Amman d'une visite officielle à Paris, M. Abbas a réitéré ses exigences pour reprendre les pourparlers de paix arrêtés depuis septembre 2010: "Cessation de la colonisation israélienne et reconnaissance des frontières de 1967 comme référence" des discussions.

Il a indiqué avoir demandé au Premier ministre israélien la libération de tous les Palestiniens détenus par Israël depuis avant les accords d'Oslo, au nombre de 123. Il a assuré qu'il avait "été convenu de les relâcher, mais Israël n'a pas honoré son engagement".

S'asseoir autour de la table

"S'il libère ces prisonniers, il y aura une rencontre avec M. Netanyahu pour une session de dialogue et non de négociation", a précisé le président palestinien. "Il y a un dialogue avec la partie israélienne sur différentes questions, en particulier celle des prisonniers, car ils méritent que nous fassions tout ce qui est en notre pouvoir", a-t-il expliqué.

Lors d'une conférence de presse conjointe avec le président français François Hollande vendredi à Paris, M. Abbas a regretté de n'avoir "pas pu convaincre les Israéliens d'arrêter la colonisation".

"Nous leur avons dit que s'ils acceptaient de libérer les prisonniers et permettaient d'importer les armes pour la police palestinienne, nous pourrions nous asseoir autour de la table" avec eux, a-t-il déclaré.

ATS