Navigation

Abus sexuels: nouvelle plainte en nom collectif contre Weinstein

Harvey Weinstein, inculpé de viol et d'agression sexuelle, doit comparaître devant un juge mardi prochain à New York (archives). KEYSTONE/AP Pool New York Post/STEVEN HIRSCH sda-ats
Ce contenu a été publié le 02 juin 2018 - 04:14
(Keystone-ATS)

Trois nouvelles femmes ont déposé une plainte en nom collectif au civil vendredi contre le producteur de films américain déchu Harvey Weinstein pour des agressions sexuelles, dont un viol. L'ancien magnat d'Hollywood est déjà inculpé pour viol et agression au pénal.

Dans la nouvelle plainte déposée devant le tribunal fédéral de New York, qui vise également les ex-studios de cinéma Miramax et The Weinstein Company ainsi que plusieurs de leurs dirigeants, le producteur est notamment accusé d'avoir violé en 2011 une femme qui était venue le voir à New York dans l'espoir de lui vendre un outil de marketing.

Les avocats de M. Weinstein auraient ensuite fait croire à cette femme, qu'ils travaillaient pour le compte de victimes de l'ex-magnat d'Hollywood, selon la plainte. Ce stratagème leur aurait permis de convaincre la plaignante de leur remettre des preuves visuelles de l'agression.

Menacée, agressée et retenue

Une deuxième femme accuse Harvey Weinstein de l'avoir menacée, agressée et retenue contre son gré en 1996, dans sa suite au festival du film de Cannes, en France. L'actrice Asia Argento a déjà accusé le producteur de l'avoir violée à Cannes en 1997.

La troisième femme l'accuse de l'avoir forcée à des attouchements dans une chambre d'hôtel en 2000. Les cabinets d'avocats à l'origine de la plainte accusent M. Weinstein d'avoir à chaque fois menacé de ruiner la carrière des femmes concernées. Ils accusent Miramax et The Weinstein Company d'avoir "facilité" et dissimulé le comportement de prédateur d'Harvey Weinstein.

C'est la troisième plainte en nom collectif contre Harvey Weinstein déposée depuis la fin 2017. Le producteur, qui a été accusé d'abus sexuels allant du harcèlement au viol par près d'une centaine de femmes, dément avoir eu des relations sexuelles non consenties. Il doit comparaître au pénal mardi à New York. Son avocat a indiqué qu'il plaiderait non coupable.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.