Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le procureur suisse chargé de l'enquête sur l'accident de l'autocar belge, le 13 mars à Sierre, qui a coûté la vie à 28 personnes, dont 22 enfants belges et néerlandais, a écarté vendredi soir l'hypothèse du DVD qui a distrait le chauffeur. L'expertise du car est en cours.

Interrogé par la Radio télévision suisse, Olivier Elsig a déclaré qu'il avait demandé qu'on "mette un DVD" dans un car similaire à celui qui a été accidenté. Selon lui, le chauffeur ne pouvait pas manipuler lui-même le lecteur DVD, "cela paraît impossible, puisque le DVD est derrière lui, a-t-il déclaré, il y a des manipulations à faire, donc ça paraît très compliqué".

Les sept enquêteurs valaisans sont rentrés de Belgique où ils ont collecté nombre d'informations en lien avec le tragique accident de car de Sierre (VS). Il s'agit maintenant de les analyser en détail. L'expertise du car est en cours.

Enfants auditionnés

En Belgique, les enquêteurs ont auditionné environ les deux tiers des enfants, soit sept, tous de Louvain. "Les familles des enfants de Lommel estimaient qu'il était trop tôt pour les entendre", a indiqué vendredi à l'ats Olivier Elsig, premier procureur du Valais central.

Parmi les enfants qui n'ont pas été auditionnés figurent ceux qui étaient le plus grièvement blessés et qui, en Suisse, étaient hospitalisés au CHUV à Lausanne.

Les enfants ont été entendus accompagnés de leur famille, par un seul enquêteur. "Plus qu'une audition traditionnelle, il s'agissait d'une discussion libre", a précisé M. Elsig qui, comme d'autres enquêteurs et un psychologue, assistait à la scène dans une salle annexe.

Cause toujours pas déterminée

Les propos des enfants, tous enregistrés sur vidéo, ont été traduits au fur et à mesure du néerlandais au français pour les enquêteurs valaisans. Ces derniers, reliés par des moyens techniques à l'enquêteur-auditionneur, pouvaient suggérer des questions.

"Les propos des enfants apportent des éléments, mais ne nous permettent pas à ce stade de déterminer clairement une cause à l'origine de l'accident", souligne le procureur.

ATS