Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'aiguilleur mis en cause dans l'accident de train qui a fait 11 morts et 85 blessés le 9 février en Allemagne jouait sur son téléphone peu avant la collision, selon le parquet de Traunstein (sud) mardi. Cet homme de 39 ans a été placé en détention provisoire lundi.

Il avait été inculpé mi-février pour "homicide involontaire", "blessures involontaires" et "intervention dangereuse dans le trafic ferroviaire", a précisé la même source. Le matin du drame, le suspect a "allumé son téléphone, lancé un jeu en ligne et joué activement pendant un long moment", qui s'est achevé "peu" avant l'accident, explique le parquet dans un communiqué.

L'enquête s'était rapidement orientée vers "l'erreur humaine", mais avec cette découverte, il ne s'agit "plus d'une erreur ponctuelle, mais d'un manquement nettement plus grave à ses obligations", ajoute le procureur de Traunstein, Wolfgang Wiese. L'aiguilleur a reconnu avoir joué en ligne, mais "conteste avoir été distrait" de sa tâche au point d'en oublier de réguler le trafic, précise le magistrat.

Selon le parquet, il a commis une série de fautes en laissant passer sur un tronçon à une voie l'un des deux trains impliqués dans l'accident, qui était en retard, désactivant au passage le système de sécurité qui aurait dû déclencher un freinage automatique. Il s'est ensuite trompé en manipulant les touches de son clavier, empêchant les deux conducteurs d'entendre son appel d'urgence.

Onze personnes sont mortes dans ce choc frontal entre deux trains régionaux, survenu le 9 février vers 08h00 sur une ligne à voie unique entre Rosenheim et Holzkirchen, dans un bois situé à environ 60 km au sud-est de Munich..

L'accident a également fait 24 blessés graves et 61 blessés plus légers. Au total, les enquêteurs estiment qu'environ 150 personnes se trouvaient dans les deux trains au moment du choc, l'un des pires accidents ferroviaires survenus ces dernières années en Allemagne.

ATS