Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Trois cent vingt personnes ont perdu la vie l'an dernier sur les routes suisses et 4437 autres y ont été blessées. Ces chiffres publiés jeudi sont en recul global par rapport à 2010, mais les piétons traversant un passage clouté et les cyclistes paient un plus lourd tribut.

En 2011, 28 personnes sont décédées sur un passage pour piéton, soit huit de plus que l'année précédente, révèle la nouvelle statistique de l'Office fédéral des routes (OFROU). La majorité des morts (21) avaient plus de 65 ans et dans la plupart des cas, la faute de l'accident incombait à l'automobiliste.

39 cyclistes

Le nombre de cyclistes tués sur les routes a également bondi de 15% l'an passé à 39 en chiffres absolus, le nombre de blessés graves progressant de 835 à 867. Selon l'OFROU, cela pourrait s'expliquer par une météo favorable mais aussi par un nombre accru de vélos électriques. Les accidents impliquant ces engins sont en général plus graves.

L'évolution est également négative pour les motocyclistes, mais dans une moindre mesure. Un motard de plus a perdu la vie (68 en tout), le nombre de blessés graves a progressé de 1350 à 1393.

Automobilistes plus vernis

L'amélioration globale de la statistique est liée aux automobilistes. Ils restent les premiers usagers impliqués dans les accidents, mais le nombre de tués a reculé de 129 à 119 personnes. Même tendance pour les survivants avec 1210 blessés graves au lieu de 1281 et plus de 1000 blessés légers de moins.

Le comportement fautif des conducteurs est toutefois la première cause des accidents causant des dommages corporels. Dans un quart des cas, les règles de priorités n'ont pas été respectées. Inattention et distraction viennent ensuite (15% des accidents) devant l'état du conducteur, d'autres manoeuvre de ce dernier et enfin la vitesse.

ATS