Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le régimie syrien a repris le poste-frontière stratégique avec la Jordanie à Nassib.

KEYSTONE/EPA/AHMAD ABDO

(sda-ats)

Le gouvernement syrien et les rebelles sont parvenus vendredi à un accord dans le sud du pays. Celui-ci prévoit un cessez-le-feu immédiat et l'évacuation vers la province d'Idleb des combattants opposés à l'accord, selon l'agence de presse officielle Sana.

"Un accord a été obtenu entre le gouvernement syrien et les groupes terroristes", a indiqué Sana, qui utilise le terme "terroristes" pour désigner les groupes qui combattent le régime. L'accord prévoit l'"entrée en vigueur d'un cessez-le-feu et la remise par les groupes terroristes de leurs armes lourdes et moyennes dans toutes les villes et localités", selon Sana. Ceux "qui refusent ce règlement partiront pour Idleb (nord-ouest) avec leurs familles", a précisé l'agence.

Les rebelles dans le sud de la Syrie avaient affirmé plus tôt dans la journée être proches d'un accord avec la Russie pour mettre fin à une offensive dévastatrice du régime syrien. Moscou, allié clé de Damas, supervise les discussions visant à une reddition des rebelles dans la région méridionale de Deraa.

Cette zone, frontalière de la Jordanie, est décrite comme le "berceau" de la révolte contre le président syrien Bachar al-Assad en 2011. La guerre en Syrie a éclaté après la répression de ces manifestations prodémocratie par le régime.

Contrôle d'une route-clé

Après des heures de négociations vendredi dans la ville de Bousra al-Cham, des responsables rebelles avaient affirmé qu'un compromis était proche. "Les rebelles rendraient en plusieurs étapes des armes lourdes en échange d'un retrait du régime de quatre localités récemment reprises par les forces progouvernementales", avaient précisé Hussein Abazeed, porte-parole du commandement rebelle dans le Sud.

Ces dernières prendraient par ailleurs le contrôle d'une route-clé qui longe le poste-frontière stratégique de Nassib avec la Jordanie. Peu après les déclarations du commandant rebelle, des militaires russes et des responsables syriens de l'administration des frontières sont arrivées à Nassib "sans aucun combat", a indiqué le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane.

L'agence de presse officielle syrienne Sana a indiqué de son côté "que le drapeau syrien a été hissé au niveau du poste de Nassib" dont les rebelles avaient pris le contrôle en 2015. Pour le régime, la reprise de ce poste clé de la province de Deraa, plaque tournante des échanges commerciaux entre la Syrie et la Jordanie, revêt une importance capitale.

Après avoir repris le contrôle de zones rebelles autour de Damas, comme dans la Ghouta orientale où il a été accusé de crimes contre l'humanité par l'ONU, le régime syrien s'est désormais tourné vers un des derniers fiefs rebelles à Deraa. Il y a lancé une violente offensive le 19 juin.

Attentat près de Deir Ezzor

Par ailleurs, dans l'est de la Syrie, dix-huit personnes, dont onze membres des Forces démocratiques syriennes (FDS), ont été tuées vendredi. Une voiture piégée a explosé devant un siège de cette coalition de combattants arabes et Kurdes soutenue par les Etats-Unis, a indiqué l'OSDH.

"Un dirigeant et 10 membres des FDS ainsi que sept civils dont trois enfants ont été tués par l'explosion d'une voiture piégée devant un siège des FDS à Bsayra, une localité de la province de Deir Ezzor", a annoncé Rami Abdel Rahmane.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS