Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La conclusion d'un accord fiscal entre la Suisse et la Grèce ne presse pas, selon les autorités fédérales. Une ronde de négociations s'est déroulée lundi à Berne, a confirmé le secrétariat d'Etat aux questions financières internationales (SFI).

Les pourparlers ont réuni le ministre des finances adjoint grec Giorgos Mavraganis et le secrétaire d'Etat suisse Michael Ambühl, a précisé le SFI. Il s'agit de la première rencontre depuis les élections en Grèce. Les discussions, lancées l'automne dernier, ont connu un temps d'arrêt durant la délicate phase de la formation du gouvernement grec.

La Suisse ne pense pas qu'un accord fiscal pourra bientôt être signé. Il n'y a pas d'urgence, a dit le SFI. Un tel traité ne pourrait de toute façon plus entrer en vigueur l'an prochain. 2014 serait une date possible, d'après le secrétariat. Une source du ministère grec semblait plus optimiste à propos des délais dimanche.

L'accord fiscal devrait permettre d'imposer les comptes grecs en Suisse. Suivant le modèle établi avec d'autres pays, les détenteurs de comptes non déclarés disposeraient de deux possibilités. Ils pourraient conserver leur anonymat mais accepter d'être imposés jusqu'à 30% ou alors s'annoncer directement aux autorités fiscales de leur pays.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS