Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le projet d'alliance des Postes suisse et française a reçu un accueil positif. Les syndicats y voient une chance pour maintenir des emplois dans ce secteur en recul. Selon un expert, les partenaires ont fait un bon choix compte tenu du marché très concurrentiel.

Pour Transfair et syndicom, la joint-venture "Mondiale", annoncée mercredi soir par La Poste, constitue une chance à saisir. "L'exploitation des synergies entre des deux opérateurs postaux nationaux peut contribuer à stabiliser les volumes de lettres en Suisse et donc maintenir les emplois", ont-ils fait part jeudi dans des communiqués quasi identiques. Les syndicats suivront toutefois ce projet de manière critique.

Pression

Le courrier international est en effet exposé à une grande pression du marché, estime l'expert Wolfgang Stölze, de l'université de St-Gall. Les entreprises postales ne peuvent s'en sortir qu'en se regroupant, une stratégie confirmée par l'alliance entre les partenaires suisse et français.

L'alliance est également une bonne stratégie par rapport à d'autres entreprises très puissantes dans le domaine du courrier international, selon le spécialiste.

Quant au Département fédéral de la communication (DETEC), il ne commente pas la joint-venture. "On ne s'immisce pas dans les affaires opérationnelles de La Poste", a indiqué à l'ats Dominique Bugnon, porte-parole du DETEC. C'est pourtant le Conseil fédéral qui fixe les objectifs stratégiques quadriennaux de La Poste, tout comme pour les CFF, Swisscom ou Skyguide.

Réorganisation

Parallèlement au projet d'alliance avec la France, le géant jaune va procéder à une réorganisation interne du groupe Swiss Post International (SPI). A terme, les synergies pourraient conduire à des suppressions d'emplois. La Poste s'engage à éviter, dans la mesure du possible, des licenciements. Elle invoque la concurrence pour justifier cette réorganisation.

Le groupe SPI, actif sur les marchés de la communication et de la logistique, sera subdivisé. A partir du 1er janvier 2012, les activités coursier, express et colis seront rattachées à PostLogistics.

ATS