Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Cheb Khaled avait été condamné en première instance, le 3 avril 2015. La cour d'appel a infirmé cette décision, dans un arrêt rendu le 13 mai 2016.

KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

(sda-ats)

La cour d'appel de Paris a donné gain de cause au "roi du raï" Cheb Khaled dans une affaire de plagiat. L'auteur algérien, Cheb Rabah, l'avait accusé de contrefaçon pour la composition de son tube international "Didi".

Cheb Khaled avait été condamné en première instance, le 3 avril 2015, à restituer à Cheb Rabah les droits d'auteur perçus pour la composition musicale de "Didi". Il avait également été condamné à verser au plaignant 100'000 euros de dommages et intérêts en réparation de son préjudice moral. Et la même somme en réparation des atteintes à son droit moral d'auteur.

L'un et l'autre avaient fait appel. Dans un arrêt rendu le 13 mai, consulté jeudi par l'AFP, la cour d'appel a infirmé cette décision. Elle estime que Cheb Rabah ne prouvait pas que son oeuvre était antérieure à "Didi".

En matière de contrefaçon, celui qui poursuit doit prouver que l'oeuvre selon lui contrefaite a été créée avant l'oeuvre présentée comme contrefaisante.

Cheb Khaled demandait, quant à lui, la condamnation pour procédure abusive de Cheb Rabah. Il a été débouté sur ce point.

Succès mondial

La chanson "Didi" a connu un grand succès dans les pays arabophones et sur plusieurs continents, notamment en Europe. Elle a figuré dans les hit parades en France, en Belgique et en Espagne, ainsi qu'en Asie. La chanson a également été utilisée dans un film de Bollywood et jouée lors de la cérémonie d'ouverture de la coupe du monde de football en Afrique du Sud, en 2010.

Considéré comme "le roi du raï", Khaled Hadj Brahim Khaled, dit Cheb Khaled, aujourd'hui âgé de 56 ans, a été le lauréat de nombreux prix prestigieux. Il a vendu plusieurs dizaines de millions d'albums à travers le monde.

ATS