Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Sous l'effet d'une provision liée au conflit avec Asahi Kasei Pharma, Actelion a plongé dans le rouge après neuf mois en 2011. Le groupe de biotechnologies bâlois a essuyé une perte nette de 181 millions de francs, contre un bénéfice net de 350 millions un an plus tôt.

La provision, qui doit servir en cas de condamnation, a été comptabilisée sur le deuxième trimestre et se monte désormais à 430,2 millions de francs. Pour mémoire, un jury californien a proposé début mai de sanctionner la société rhénane à hauteur de 577 millions de dollars, pour avoir commis des actes contraires à la concurrence dans le cadre d'une rupture de contrat avec Asahi Kasei.

Hors éléments exceptionnels, amortissements et autres dépréciations, le résultat opérationnel avant intérêts et impôts (EBIT) s'est contracté à 470,3 millions de francs, contre 546 millions un an auparavant. Un tassement qu'Actelion attribue essentiellement à l'appréciation du franc.

Franc fort

Egalement touché par le franc fort, mais aussi par la vive concurrence et la pression réglementaire sur les prix, le chiffre d'affaires a diminué de 7% au cours des neuf premiers mois à 1,37 milliard de francs. Exprimées en devises locales, les ventes ont affiché une progression de 7%.

Autre inquiétude pour Actelion, son médicament vedette Tracleer, qui contribue à pas moins de 90% du chiffre d'affaires, a vu ses ventes fléchir à 1,15 milliard de francs, contre 1,24 milliard à fin septembre 2010.

Pour l'ensemble de l'année 2011, la direction du groupe bâlois a confirmé anticiper une perte au vu de la situation actuelle tant au niveau de l'arbitrage dans l'affaire Asahi Kasei que de la situation sur les marchés des changes.

ATS