Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les Verts suisses ont placé deux femmes à leur tête samedi. Réunis à Carouge (GE), ils ont élu à la co-présidence du parti la conseillère nationale vaudoise Adèle Thorens, 40 ans, et la conseillère nationale bernoise Regula Rytz, 50 ans.

L'assemblée des délégués des Verts avait opté un peu plus tôt dans la journée pour la formule de la co-présidence, abandonnant la structure du président unique. La direction bicéphale avait déjà été expérimentée il y a une dizaine d'années avec le duo formé de Ruth Genner (ZH) et Patrice Mugny (GE).

Dans son discours de candidate, Adèle Thorens a souhaité que les Verts gardent leur leadership sur le thème de l'environnement. Elle leur a demandé de dépasser le schéma traditionnel gauche-droite pour mettre en place une économie visionnaire, fondée sur le développement durable.

Contrairement à Adèle Thorens qui insiste sur la responsabilité de chacun, Regula Rytz appartient au courant plus étatiste du parti. L'ancienne syndicaliste bernoise veut que les Verts apportent des solutions en matière d'environnement, d'action sociale et de développement économique.

Quatre vice-présidents

Les deux co-présidentes seront assistées dans leur travail par quatre vice-présidents. L'assemblée a décidé de faire passer l'instance dirigeante du parti de trois à six personnes. Les vice-présidents ont aussi été élus samedi. Il aura fallu deux tours pour tous les désigner.

L'ancien conseiller national zougois Jo Lang et le conseiller national zurichois Bastien Girod, 31 ans, siègeront aux côtés d'Irène Kälin, 25 ans, qui représentera les jeunes Verts. Deux latins au moins devant faire partie de la présidence, l'assemblée a également élu le conseiller aux Etats genevois Robert Cramer à la vice-présidence.

Adèle Thorens et Regula Rytz succèdent au conseiller national genevois Ueli Leuenberger, 60 ans, qui a tiré le bilan de ses quatre ans de présidence. M. Leuenberger a rappelé les défis qui attendent le parti, avec le creusement des inégalités sociales et un environnement qui se détériore de jour en jour.

ATS