Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Adecco a réalisé un "solide" premier trimestre 2012, selon ses mots. Le numéro un mondial du placement de personnel a vu son bénéfice net grimper de 12% par rapport aux trois premiers mois de 2011, à 112 millions d'euros (134,5 millions de francs).

Son chiffre d'affaires a crû de 2% à 5,035 milliards d'euros, a précisé mardi l'entreprise zurichoise d'origine vaudoise. Au niveau opérationnel, le résultat avant intérêts, impôts et amortissements (EBITA) a augmenté de 6% (+4%), à 182 millions.

La performance se révèle meilleure qu'escompté. Les analystes interrogés par l'agence financière AWP tablaient sur des recettes de 5,01 milliards d'euros et un résultat net de 97 millions.

"Nous avons bien démarré 2012", relève le directeur général Patrick de Maeseneire, cité dans le communiqué. "Les revenus au premier trimestre 2012 sont quasiment au même niveau qu'au premier trimestre 2011, un résultat solide au vu des vents contraires économiques auxquels nous faisons face en Europe", poursuit-il.

Paysage constrasté en Europe

En France, principal marché du groupe où celui-ci avait annoncé en mars la suppression de quelque 530 emplois sur 6300 dans ce pays, les revenus ont chuté de 10%. Ils se sont également contractés en Suisse, ainsi qu'en Espagne et au Portugal, de 9% dans les deux cas.

Dans l'ensemble, Adecco ambitionne de maintenir un strict contrôle des coûts, en se concentrant sur des opportunités de croissance rentables, selon Patrick de Maeseneire. La société qui emploie plus de 33'000 collaborateurs à travers le monde vise toujours une marge brute EBITA supérieure à 5,5% sur le moyen terme.

ATS