Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Ski alpin - L'air d'Adelboden va-t-il requinquer les Suisses dans les disciplines techniques ? Tel est l'un des enjeux de ce week-end dans l'Oberland bernois.
Les Suisses n'ont jamais autant souffert de bipolarité que cette saison: euphorie dans les disciplines de vitesse (6 courses/9 podiums), déprime en technique (8/0). Si les carences ne datent pas d'aujourd'hui en slalom, le géant constitue la grosse déception helvétique de l'hiver.
Carlo Janka incarne le mieux ce marasme. Victime de douleurs au dos depuis septembre, le champion olympique du géant ne parvient pas à se soigner. "Il n'y a toujours pas de grands changements. C'est difficile à accepter, mais je n'ai pas le choix", a soupiré le Grison, qui avait zappé la descente de Bormio (It) entre Noël et Nouvel-An pour tenter de se guérir.
"Carlo sent qu'il ne peut pas skier à son maximum. C'est une situation pénible à vivre. Dès lors, il n'est pas étonnant que son moral s'en trouve affecté", a relevé son entraîneur Sepp Brunner.
Janka se montre un peu plus optimiste concernant son matériel, l'autre tracas de sa saison. "Nous avons peut-être trouvé quelque chose. Je vais utiliser un ancien modèle de chaussures et des skis que j'avais testés cet été", a-t-il expliqué. "Cela devrait me permettre de prendre plus de risques. Mes attentes restent toutefois modestes. Je serais satisfait avec un top 10", a-t-il reconnu.
Pour Didier Cuche, le géant pose également problème cet hiver. "Au fond de mon disque dur, j'ai encore les repères pour y arriver. Mais j'ai de la peine à les mettre en pratique", a imagé le Neuchâtelois de 37 ans.
De son côté, Didier Défago a relevé qu'il était de plus en plus difficile de rivaliser avec les purs spécialistes de géant. "La gagne se jouera entre Hirscher (Aut), Ligety (EU), Richard (Fr) et autre Fanara (Fr)", a prédit le Valaisan, qui espère se battre "pour les places d'honneur".
Vainqueur surprise en descente à Bormio, Défago "veut profiter de sa forme du moment", même s'il a rappelé que le géant restait sa moins bonne discipline. "Comme la météo risque d'être mauvaise, cela sera un combat. Ce type de conditions peut me convenir", a-t-il toutefois prévenu.

ATS