Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Neuchâtel - La section de Neuchâtel du Nouveau mouvement européen de Suisse (NOMES) a déposé une motion populaire destinée à relancer le débat sur l'adhésion de la Suisse à l'Union européenne (UE). Le texte muni de 130 signatures sera soumis au Grand Conseil.
En cas d'approbation de la part des députés, le Conseil d'Etat sera invité à "présenter un projet de loi détaillant l'engagement du canton de Neuchâtel en faveur de son intégration européenne et de l'adhésion de la Suisse à l'UE".
"Tétanisés par le discours europhobe de l'UDC, les partis n'osent plus aborder la question de l'adhésion à l'UE", a déclaré Thierry Béguin, président du NOMES Neuchâtel. Selon lui, la situation actuelle peu favorable à la discussion "n'est pas une raison pour ne rien entreprendre".
Il faut "lancer le débat sur les avantages et les inconvénients d'une adhésion", a poursuivi l'ancien conseiller d'Etat et conseiller aux Etats neuchâtelois. Selon lui, la voie bilatérale arrive à bout de course, alors que les nouveaux Etats-membres de l'UE sont moins disposés à la bienveillance envers la Suisse.
La question de l'intégration européenne refait surface par l'intermédiaire des cantons, a déclaré Michaël Fust, secrétaire général du Nomes dont le siège est à Berne. La motion déposée à Neuchâtel est de même nature que des interventions parlementaires lancées dans les cantons de Vaud, Genève et Berne.
Membre du NOMES, la conseillère nationale Francine John-Calame (Verts/NE) a souligné le caractère hors parti de la motion.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS