Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les Femmes PLR plaident en faveur des quotas dans les administrations publiques, sans pour autant exiger la parité hommes-femmes. Elles estiment que cela est faisable aussi dans les conseils d'administration des entreprises cotées en bourse.

La décision a été prise à l'unanimité par le comité directeur et la conférence des présidentes cantonales, a indiqué dimanche à l'ats Claudine Esseiva, secrétaire générale des Femmes PLR. Confirmant une information du "Matin Dimanche" et du "SonntagsBlick", elle a indiqué que la réunion s'est déroulée jeudi soir à Berne.

"Nous sommes favorables à des quotas dans l'administration publique. Un quota imposé de manière temporaire, par exemple pour cinq ans au sein des conseils d'administration pourrait être une mesure envisageable si aucune initiative volontaire n'est réalisée", a-t-elle expliqué.

Direction des entreprises

"Nous sommes en revanche opposées aux quotas à la direction des entreprises car nous avons une pénurie de femmes dans les professions techniques, ingénieures par exemple. Ici il faut agir plus tôt dans la formation pour que cela change".

Les Femmes PLR vont également soutenir des postulats déposés dans les législatifs des villes de Berne, Zurich et Bâle qui exigent que les femmes occupent 30% des postes de l'administration publique. Claudine Esseiva va également intervenir dans ce sens à Fribourg, lors de la séance du Conseil général du 27 septembre.

"Beaucoup parlent des quotas en faveur des femmes, mais dans les faits, il ne se passe pas grand chose", observe-t-elle. "Il est temps de donner un signal. On ne peut plus accepter cette inertie."

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS