Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Vladimir Petkovic a oeuvré mardi à nouveau avec dix-huit de ses vingt-sept présélectionnées pour l'Euro 2016. Mercredi, une partie des absents rejoindra le groupe.

Le sélectionneur devra attendre jeudi pour avoir son groupe au complet. Avec quinze joueurs de champ et trois gardiens, Vladimir Petkovic ne peut pas encore réellement travailler sur le plan tactique. Il peut toutefois juger l'état de forme des joueurs présents pour avancer dans sa réflexion.

L'une d'elle sera de trouver les trois joueurs les plus complémentaires pour animer le secteur offensif d'une équipe qui n'a pas trouvé le chemin des filets en mars en Irlande et face à la Bosnie-Herzégovine. Titulaire tant à Dublin qu'à Zurich, Admir Mehmedi n'avait pas vraiment marqué des points lors de ces deux rencontres. Il est vrai que l'ancien joueur du FC Zurich traverse depuis le début de l'année des moments difficiles au Bayer Leverkusen où il se heurte à une concurrence féroce.

"Je dois m'imposer face au meilleur joueur mexicain du moment (ndlr: Javier Hernandez), à un international turc (Hakan Calhanoglu) et à deux internationaux allemands (Karim Bellarabi et Kevin Volland), explique-t-il. Ce n'est pas simple. J'ai cherché le dialogue avec l'entraîneur Roger Schmidt. Il m'a dit que je payais en quelque sorte une mauvaise préparation hivernale. Je veux bien, mais cette préparation n'a pas duré quatre mois..."

Admir Mehmedi veut pour l'instant mettre son avenir à Leverkusen entre parenthèses. Il entend se consacrer pleinement à l'équipe nationale avec la farouche volonté de gagner sa place à l'Euro. Buteur en Coupe du monde face à l'Equateur il y a deux ans au Brésil, Admir Mehmedi affirme que le jeu est totalement ouvert en attaque. "Et même si ma saison à Leverkusen s'est conclue sur deux mois compliqués, j'estime qu'elle est positive. J'ai joué tout de même près de quarante matches officiels, lâche-t-il. J'ai marqué en Ligue des Champions. J'ai le sentiment d'avoir franchi un palier important."

Mardi, Admir Mehmedi a également eu une pensée pour "son" FC Zurich à la vue de l'entraînement des joueurs du FC Lugano sur la pelouse principale du Cornardo. On le sait, une victoire mercredi des Tessinois face au FC Saint-Gall condamnera le FCZ à la relégation. "Imaginer le FC Zurich en Challenge League est d'une tristesse infinie, dit-il. Mais tant d'erreurs ont été commises dans ce club..."

ATS