Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un volet de l'affaire Baxxter est clos. Les parents du petit garçon blessé par un pitbull à Préverenges (VD) il y a près de deux ans ont renoncé à contester le classement de la procédure contre la propriétaire du chien devant le Tribunal fédéral (TF).

La situation est complexe du point de vue juridique. La famille a donc décidé au terme du délai de recours de renoncer à une procédure dont les chances de succès ne sont pas garanties, a indiqué lundi à l'ats son avocat Stefan Disch.

L'affaire n'est pour autant pas terminée. La femme qui promenait le chien sera renvoyée devant un Tribunal de police. Elle a recouru contre sa condamnation à 30 jours-amendes avec sursis pour lésions corporelles par négligence.

Les parents ont également contesté la version de l'ordonnance de condamnation quant au déroulement des faits. Ils seront présents à l'audience, a expliqué le conseil. Celle-ci devrait avoir lieu l'année prochaine.

Pas d'autorisation

Les faits incriminés remontent au 9 décembre 2009. Le pitbull a blessé à l'oeil un bébé de onze mois assis dans sa poussette. L'animal était promené en compagnie d'autres chiens par une personne dépassée par les événements. La propriétaire ne disposait pas d'autorisation pour cette bête qui n'était pas annoncée.

La conseillère d'Etat Jacqueline de Quattro avait alors décidé de faire euthanasier Baxxter. En février dernier, le Tribunal cantonal avait cependant annulé la mesure, considérant que l'animal n'était pas agressif. Il a aussi rejeté le recours des parents contre le classement de la procédure concernant la propriétaire.

Depuis le mois d'août, le molosse a trouvé une nouvelle famille aux Etats-Unis. Il y a été adopté par une personne d'origine suisse.

ATS