Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Paris - Eric Woerth dément vendredi être intervenu pour le remboursement de 30 millions d'euros dont a bénéficié Liliane Bettencourt en mars 2008 au titre du bouclier fiscal, comme l'affirme Mediapart.
"Eric Woerth rappelle qu'un ministre du Budget n'a pas dans ses attributions de calculer lui-même l'impôt de chaque Français, du plus riche au plus modeste", précise un communiqué du ministère du Travail.
"Si l'administration fiscale considère que les éléments déclaratifs fournis par un contribuable le rendent éligible au bouclier fiscal, elle procède, conformément à la loi TEPA, au versement correspondant", poursuit-il.
"Un ministre du Budget n'intervient en aucun cas dans cette procédure. Contrairement à ce qui est dit, Eric Woerth, alors ministre du Budget, n'a donc pas 'donné son aval" pour le versement du bouclier fiscal de Madame Bettencourt", ajoute le communiqué.
Eric Woerth appelle "à la plus grande prudence celles et ceux qui reprennent les allégations totalement à charge d'un site internet et leur demande au minimum de vérifier leur vraisemblance au regard de la loi fiscale".
Selon Mediapart, qui a diffusé l'information jeudi sur la base de sources "au courant du dossier", le chèque de ristourne accordé en mars 2008 à l'héritière de L'Oréal n'a pu se faire sans l'aval d'Eric Woerth, alors ministre du Budget.
Eric Woerth, qui est aussi trésorier de l'UMP, est soupçonné de conflit d'intérêts dans le dossier Liliane Bettencourt, suspectée pour sa part d'évasion fiscale.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS