Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Paris - La police française a perquisitionné vendredi à Paris le domicile et les bureaux de Patrice de Maistre, gérant de la fortune de Liliane Bettencourt. Le témoignage de l'ex-comptable de la milliardaire a par ailleurs été encore un peu plus fragilisé par de nouvelles auditions.
Ces perquisitions sont intervenues au lendemain d'une confrontation entre le gestionnaire et l'ex-comptable de Liliane Bettencourt, Claire Thibout, qui ont chacun campé sur leurs positions.
Mme Thibout a certes assuré n'avoir jamais dit aux journalistes de Médiapart "que des enveloppes étaient remises régulièrement" à Nicolas Sarkozy lorsqu'il était maire de Neuilly entre 1983 et 2002.
Certaines accusations maintenuesMais elle a maintenu ses accusations visant M. de Maistre. Selon elle, il lui avait bien demandé en 2007 d'effectuer un retrait de 150'000 euros qu'il destinait à Eric Woerth, trésorier de la campagne de Nicolas Sarkozy.
Confrontée jeudi dans les locaux de la police à la banquière chargée du compte de Mme Bettencourt à la BNP Paribas, Mme Thibout s'est dit "certaine d'avoir appelé (la banquière) dans le cadre de cette demande de M. de Maistre", selon des extraits d'audition publiés sur le site internet du quotidien "Le Figaro".
L'ex-comptable a ajouté que la banquière l'aurait dissuadée de faire un retrait supérieur à 50'000 euros en raison des obligations des banques de signaler ce type de retraits en liquide à la cellule anti-blanchiment de Bercy, Tracfin.
L'ex-comptable accusée de mensongeUne thèse réfutée par la banquière qui a assuré aux enquêteurs, selon Le Figaro.fr, n'avoir "jamais eu Mme Thibout au téléphone pour une demande de dépassement du montant de l'accréditif (50'000 euros), que ce soit en mars 2007 ou à une autre date".
Le démenti de la banquière de la BNP Paribas fragilise un peu plus les déclarations de Mme Thibout, selon son avocat, Me Antoine Gillot. Lors de sa confrontation avec M. de Maistre, l'ex-comptable avait par ailleurs réaffirmé qu'il envisageait de puiser dans un compte en Suisse pour réunir la somme destinée à M. Woerth.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS