Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le parquet de Lille a annoncé lundi l'ouverture d'une enquête préliminaire sur des faits qui pourraient être qualifiés de "viol en réunion" dans l'affaire dite du Carlton impliquant Dominique Strauss Kahn (DSK). L'enquête fait suite aux témoignages de deux prostituées belges.

Elles ont participé à un séjour à Washington en décembre 2010 en compagnie de l'ancien directeur général du Fonds monétaire international (FMI) et de plusieurs de ses amis, les chefs d'entreprises Fabrice Paszkowski et David Roquet, ainsi que le commissaire de police Jean-Christophe Lagarde.

Ces témoignages avaient été recueillis par les policiers belges en décembre dernier, dans le cadre d'un accord avec la justice française. L'une d'entre elles - qui n'a toutefois pas porté plainte - indique y avoir subi lors d'une soirée le 16 décembre 2010 certains actes sexuels de manière non consentie.

Dominique Strauss-Kahn est déjà mis en examen pour "proxénétisme aggravé en bande organisée", des faits passibles de 20 ans de réclusion criminelle après un éventuel procès en cour d'assises. Le viol est aussi un crime passible de 20 ans de réclusion en cour d'assises.

ATS