Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Nouveau rebondissement dans l'affaire du petit Grégory, dont le meurtre n'a toujours pas été élucidé (archives).

KEYSTONE/AP/MICHEL LIPCHITZ

(sda-ats)

Jean-Michel Lambert, premier juge d'instruction dans l'affaire du petit Grégory, a été retrouvé mort mardi à son domicile dans l'ouest de la France, un sac plastique noué sur la tête, selon des sources proches du dossier. Il s'est vraisemblablement donné la mort.

Les secours ont découvert le corps inanimé du magistrat de 65 ans à son domicile proche du Mans (Sarthe), écrit de son côté le quotidien Le Parisien sur son site internet. Selon les premières constatations de la police judiciaire, il s'agirait d'un suicide.

Le juge Lambert avait conduit entre 1984 et 1987 l'enquête sur la mort du petit Grégory Villemin, garçonnet retrouvé noyé pieds et poings liés dans une rivière des Vosges le 16 octobre 1984. Toujours pas élucidée, cette affaire vient d'être relancée.

Son travail a été la cible de nombreuses critiques et polémiques ces derniers temps. Me Thierry Moser, avocat des parents de l'enfant assassiné, Christine et Jean-Marie Villemin, a fait part de sa tristesse face à "cette vie qui se termine de façon dramatique".

Un coup de théâtre de plus

"C'est épouvantable. Nonobstant les divergences que j'ai pu avoir avec ce magistrat, je suis profondément triste, je suis plein de respect pour la personne humaine qu'il était", a-t-il déclaré sur BFM TV.

Ce décès est un coup de théâtre de plus dans cette énigme judiciaire vieille de bientôt 33 ans, récemment réactivée par la présidente de la chambre de l'instruction de Dijon, Claire Barbier. Trois personnes ont été mises en examen ces dernières semaines parmi les proches de la famille Villemin dont Murielle Bolle, témoin-clé de l'affaire.

ATS