Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Neuchâtel - L'opportunité de lever l'immunité du conseiller d'Etat neuchâtelois Frédéric Hainard va être examinée par un expert. La commission parlementaire chargée de la question a requis l'avis de Claude Rouiller, ancien président du Tribunal fédéral (TF).
Ce dernier a été chargé de renseigner la commission sur les fondements de l'immunité et les principes de sa levée éventuelle, a indiqué ce mardi la Chancellerie d'Etat. L'avis de Claude Rouiller, ancien professeur de droit à l'Université de Neuchâtel, doit permettre d'instruire la demande concernant Frédéric Hainard.
Le Grand Conseil a nommé à fin septembre une commission spéciale chargée de se prononcer sur la levée éventuelle de l'immunité du conseiller d'Etat. La décision répondait à une requête du Ministère public portant sur la possibilité de poursuivre le ministre en disgrâce, contre lequel une plainte pénale a été déposée.
Celle-ci émane d'une citoyenne ayant eu à subir les abus de pouvoir présumés reprochés à Frédéric Hainard. Désormais ministre sans portefeuille ni responsabilités, le conseiller d'Etat quittera officiellement sa fonction le 31 octobre, jour de l'élection complémentaire destinée à désigner son successeur au gouvernement.
La Commission d'enquête parlementaire (CEP) chargée d'élucider les abus de pouvoir prêtés à Frédéric Hainard a repris ses travaux à fin septembre. Elle ne s'est pas encore prononcée sur la date de diffusion du rapport qu'elle est chargée de remettre au Grand Conseil "dans les meilleurs délais".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS