Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le procureur général zurichois Andreas Brunner a indiqué jeudi soir avoir trouvé du matériel qui pourrait servir de preuve lors de sa perquisition chez Christoph Blocher. Il a en outre démenti l'avoir averti au préalable de cette action.

Le procureur a en revanche indiqué dans l'émission "10 vor 10" de la TV alémanique que M. Blocher avait été convoqué en tant que personne accusée pour interrogatoire le lundi, soit à la veille de la perquisition. "Nous avons appelé son avocat le 19 mars. Celui-ci a dit que M. Blocher faisait valoir son immunité".

"Mais nous étions convaincu qu'il n'y avait pas d'immunité dans ce cas et nous avons immédiatement procédé à la perquisition, sans le moindre avertissement", a indiqué M. Brunner. Il a précisé que l'enquête ne se concentre pas sur les discussions que le conseiller national UDC a eu avec Micheline Calmy-Rey, alors présidente de la Confédération.

ATS