Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Christoph Blocher ne peut pas brandir son immunité parlementaire pour empêcher le Ministère public d'enquêter sur lui dans l'affaire Hildebrand. La commission des affaires juridiques du Conseil des Etats a rendu lundi son verdict. Mais le conseiller national UDC n'entend pas céder.

Le tribun zurichois étudie désormais la possibilité de recourir au Tribunal fédéral. Mais il reconnaît que sa tentative a peu de chance d'aboutir.

Le Ministère public zurichois veut poursuivre Christoph Blocher pour tentative d'instigation à violer le secret bancaire les 3 et 27 décembre. Il a déjà fait perquisitionner les bureaux du tribun UDC, avant que celui-ci n'invoque son immunité.

Les deux commissions parlementaires chargée de trancher la question s'étaient déjà entendues pour décider que cette protection ne peut valoir qu'à partir de l'assermentation du conseiller national le 5 décembre.

Deux faits à juger

Christoph Blocher ne peut donc pas invoquer son immunité pour empêcher la justice de se pencher sur sa rencontre à son domicile le 3 décembre avec l'avocat et député UDC thurgovien Hermann Lei et l'informaticien de la Banque Sarasin. Ce dernier avait mis la main sur les opérations bancaires délicates qui ont finalement poussé l'ancien président de la Banque nationale suisse (BNS) Philipp Hildebrand à démissionner.

Restait à trancher le cas du 27 décembre. Lors de cette rencontre, Christoph Blocher est soupçonné d'avoir poussé Hermann Lei à transmettre les données bancaires à la "Weltwoche". Le Zurichois affirme avoir agi dans le cadre de son activité parlementaire en tant que membre d'une autorité de surveillance de la BNS. Il n'a réussi à convaincre que la commission de l'immunité du National.

La commission des affaires juridiques du Conseil des Etats, qui avait le dernier mot, a rejeté cette argumentation: il n'y a pas de lien étroit entre l'incitation à remettre des informations confidentielles à la presse et l'activité parlementaire, a fait valoir la présidente de la commission Anne Seydoux (PDC/JU). Le verdict est définitif.

ATS