Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les experts du Contrôle fédéral des finances (CDF) n'ont rien changé aux conclusions de leur enquête menée en décembre après avoir examiné les nouveaux éléments apparus dans l'affaire Hildebrand . Le président de la Banque nationale suisse (BNS) n'a violé aucun règlement.

Le Conseil fédéral a pris connaissance de ces précisions lors de sa séance de mercredi passé, a indiqué son porte-parole André Simonazzi, confirmant une information en ligne de "24 heures" et de la "Tribune de Genève". Parmi ces nouveaux éléments figurent notamment les échanges de courriels entre le président de la BNS Philipp Hildebrand et son conseiller financier de la banque Sarasin.

Plainte de la banque Sarasin

De son côté, la banque Sarasin a adressé une plainte au Conseil de la presse contre l'hebdomadaire "Weltwoche" qui a rendu publique l'affaire Hildebrand. Sa démarche concerne un article erroné en lien avec la violation du secret bancaire par un de ses ex-employés du service informatique.

La banque Sarasin estime que le magazine proche de l'UDC a "hautement violé ses devoirs journalistiques sur différents plans". Il a ainsi nuit à la réputation de l'établissement bancaire privé bâlois, ainsi qu'à celle du conseiller en clientèle que la "Weltwoche" a injustement cité comme source.

La banque Sarasin ajoute que la "Weltwoche" a insuffisamment évalué son unique source. De plus, dans son édition du 5 janvier, elle a sciemment ignoré des informations et des contacts de la banque bâloise qui auraient permis à l'hebdomadaire alémanique de corriger à temps l'article entaché d'erreurs.

La "Weltwoche" réfute

Rédacteur en chef de la "Weltwoche", Roger Köppel réfute pour sa part les reproches. L'article incriminé était correct, a-t-il dit à l'ats. "Notre hebdomadaire a rempli ses obligations journalistiques en son âme et conscience", a-t-il ajouté.

Le rédacteur en chef précise que la banque Sarasin n'a jamais été au centre des critiques ou de l'article. Elle n'a en outre pas répondu à toutes les questions du journal, invoquant le secret bancaire.

ATS