Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Philipp Hildebrand percevra son salaire pendant encore 12 mois. Il a par ailleurs l'interdiction d'être engagé par une banque pendant les six prochains mois, voire 12 mois pour les grandes banques suisses. En 2010, Philipp Hildebrand a perçu un salaire annuel de 994'800 francs.

La présidente de la Confédération Eveline Widmer-Schlumpf était au courant dès vendredi des nouveaux éléments qui ont conduit à la démission de Philipp Hildebrand. Dans l'émission Arena, elle a pourtant maintenu son soutien à l'ex-président de la BNS, dont la succession pourrait n'intervenir qu'en mai.

C'est le président du Conseil de banque de la BNS, Hansueli Raggenbass, qui l'a informée de l'existence d'un email accablant une heure avant l'émission Arena à laquelle elle était conviée vendredi dernier, a indiqué Mme Widmer-Schlumpf.

Dix minutes

Elle-même n'a pu lire ce document que dix minutes avant le débat télévisé. Il s'agissait du courriel dans lequel le conseiller financier de Philipp Hildebrand écrivait que l'ex-président de la BNS avait donné son accord à l'achat de dollars.

Interrogée sur le soutien exprimé à M. Hildebrand lors de l'émission, la présidente de la Confédération a affirmé avoir préféré maintenir la position du Conseil fédéral en se basant sur des informations dont elle était absolument sûre.

Conférence téléphonique

La présidente de la Confédération a décidé d'informer ses collègues du Conseil fédéral. Elle a convoqué dimanche matin une conférence téléphonique, soit au lendemain de la réunion du conseil de banque qui l'a tenue informée. Le collège a alors décidé de s'en tenir à sa position, n'ayant pas de motif suffisant pour en changer, a-t-elle déclaré.

Concernant les aspects extérieurs, il était dans l'intérêt de la Suisse de soutenir le plus longtemps possible M.Hildebrand en raison du siège stratégique qu'il détenait dans le Financial Stability Board du G20, a déclaré Didier Burkhalter.

L'affaire a été évoquée une nouvelle fois mercredi lors de la séance du Conseil fédéral. La succession a notamment été discutée. La procédure de nomination pourrait durer encore quelques mois, jusqu'en avril-mai.

ATS