Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga a reçu vendredi l'ambassadeur d'Italie en Suisse Giuseppe Deodato pour évoquer le cas du petit Luca, devenu tétraplégique après une agression à Veysonnaz (VS) en 2002. Elle s'est déclarée "bouleversée" par le sort de l'enfant, mais lui a dit que l'affaire n'est pas de son ressort.

La ministre a expliqué à l'ambassadeur qu'il s'agit d'une procédure locale et qu'il faut respecter la séparation des pouvoirs, a indiqué samedi à l'ats Christine Stähli, porte-parole du Département fédéral de justice et police (DFJP), confirmant une information parue dans "24 Heures" et la "Tribune de Genève". Elle lui a assuré que cette affaire était traitée avec la même attention en Suisse qu'en Italie.

Conférence de presse jeudi prochain

Simonetta Sommaruga et Giuseppe Deodato, qui a sollicité cet entretien, "espèrent une bonne solution pour toutes les parties impliquées". La famille du petit Luca a récemment demandé que le procureur valaisan Nicolas Dubuis soit dessaisi du dossier. Elle veut obtenir l'ouverture d'une enquête officielle en Italie afin de faire la lumière sur cet événement.

En octobre dernier, la famille a obtenu du Tribunal fédéral qu'un nouveau psychologue soit désigné pour interpréter un dessin du petit frère de Luca. En avril 2005, l'enfant avait réalisé un dessin dans son école en Italie.

Il montrait Luca en train de se faire battre par d'autres garçons et contredit la version des autorités valaisannes, qui ont classé l'affaire et imputé l'agression au chien de la famille. Le ministère public du canton du Valais a convoqué une conférence de presse jeudi prochain sur l'affaire Luca.

ATS