Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le liquidateur chargé de récupérer des fonds en faveur des victimes de l'escroc Bernard Madoff a déposé mercredi à New York de nouvelles plaintes contre des établissements financiers. Trois banques suisses sont notamment concernées: EFG, Lombard Odier et la Banque cantonale vaudoise.

Le liquidateur réclame 355 millions de dollars à EFG (340 millions de francs), 180 millions de dollars à Lombard Odier (172 millions de francs) et environ 10 millions de dollars à la Banque cantonale vaudoise (9,6 millions de francs). Il cherche par cette action à récupérer des biens des clients spoliés par Bernard Madoff.

La plupart de ces sommes avaient été transférées par le fonds Fairfield Sentry, identifié comme le plus gros fonds rabatteur pour l'entreprise de M. Madoff, a précisé le liquidateur.

Autres banques suisses visées

En décembre dernier, le liquidateur avait déjà déposé plainte contre le Crédit Suisse, pour une somme de 375 millions de dollars (360 millions de francs) et contre la banque zurichoise Julius Bär.

L'argent théoriquement recouvré atteindrait actuellement environ 9,1 milliards de dollars, mais la majorité de ces fonds ne sont pas disponibles pour l'instant, car ils font encore l'objet de procédures d'appel ou de procédures légales sur la validité du système de distribution retenu.

Seuls 329,6 millions de dollars ont été distribués pour l'heure, alors que la fraude pyramidale de Bernard Madoff, la plus grosse fraude boursière à ce jour, a coûté entre 17,3 et 65 milliards de dollars, selon que l'on compte avec ou sans les intérêts.

En prison

Bernard Madoff a été condamné en 2009 à 150 ans de prison pour son escroquerie, consistant à piocher dans les finances de ses nouveaux clients pour rétribuer ou rembourser les clients plus anciens.

Depuis lors, le liquidateur multiplie les procédures en justice pour tenter de récupérer des fonds au bénéfice des victimes, auprès notamment de diverses institutions financières.

ATS