Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Sion - Bernard Rappaz a cessé sa grève de la faim mercredi suite à la décision d'Esther Waeber-Kalbermatten d'ordonner une détention à domicile. La mesure prise par la conseillère d'Etat valaisanne est provisoire, dans l'attente du jugement du Tribunal fédéral (TF).
Les médecins de l'hôpital de l'Ile à Berne, où Bernard Rappaz a été transféré le 12 juillet dernier, se sont opposés à une alimentation forcée du gréviste de la faim, a indiqué à l'ATS Esther Waeber-Kalbermatten. Les risques pour sa santé étaient donc réels.
De plus, le TF avait ordonné le 15 juillet que la cheffe du département valaisan de la sécurité, des affaires sociales et de l'intégration prennent toute les mesures "nécessaires à la sauvegarde de la vie et de l'intégrité corporelle du recourant". Les mesures prises jusqu'à présent ne suffisaient plus.
En prison à la maison
La détention à domicile n'équivaut pas à une interruption de peine. Bernard Rappaz sera soumis chez lui au même régime qu'en prison. Il sera surveillé 24 heures sur 24, aura droit à une promenade quotidienne d'une heure dans un périmètre restreint et ses visites seront limitées à ses seuls proches pendant un maximum de 90 minutes hebdomadaires. Il sera accompagné lorsqu'il se rendra chez son médecin.
Contrairement à l'interruption de peine, cette détention à domicile comptera dans les cinq ans et huit mois que Bernard Rappaz doit purger. Elle durera jusqu'à ce que le TF se prononce sur une éventuelle interruption de peine, décision attendue d'ici le 26 août.
Esther Waeber-Kalbermatten précise agir en fonction de la situation présente dans un dossier qu'elle qualifie de difficile. "Il faut toujours décider entre deux situations compliquées". Elle assume ses décisions malgré les critiques qui peuvent pleuvoir.
Bernard Rappaz a été condamné à cinq ans et huit mois de réclusion pour plusieurs chefs d'inculpation dont la violation grave de la loi fédérale sur les stupéfiants et la gestion déloyale aggravée.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS