Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Berne - Les commissions de gestion du Parlement tirent à boulets rouges sur le Conseil fédéral pour sa gestion de l'affaire UBS aux Etats-Unis et son incapacité à détecter la crise financière. Principale cible des critiques, le chef du Département des finances Hans-Rudolf Merz.
Le rapport final analyse sur plus de 350 pages la situation des "autorités sous la pression de la crise financière et de la transmission des données de clients d'UBS aux Etats-Unis". Les commissions de gestion (CdG) l'ont adopté "à l'unanimité moins quelques abstentions" dimanche lors d'une séance spéciale à Thoune, a précisé Maria Roth-Bernasconi (PS/GE).
Les CdG s'inquiètent notamment du "pilotage défaillant du Conseil fédéral" et du "cloisonnement catastrophique" par départements au détriment d'un fonctionnement collégial.
En tant que chef du Département des finances (DFF), Hans-Rudolf Merz récolte les reproches les plus vifs. Tant pour ce qui est de la crise financière que pour les déboires d'UBS aux Etats-Unis, le radical a fait cavalier seul, omettant d'informer à temps le collège par "crainte d'indiscrétions et de leur impact sur la bourse".
Mais les ministres des affaires étrangères Micheline Calmy-Rey et de la justice Eveline Widmer-Schlumpf en prennent aussi pour leur grade. Alors qu'elles étaient informées de l'affaire, elles "ne sont à aucun moment remontées au Conseil fédéral", s'est indigné Pierre-François Veillon (UDC/VD).
Puis le gouvernement s'est "démis totalement de sa responsabilité en cédant à la Commission fédérale des banques la prise de mesures nécessaires pour sauver l'UBS du naufrage" aux Etats-Unis.
Cependant, il ne faut pas oublier que la responsabilité première de cette affaire revient à l'UBS. "Même si cela dépasse nos compétences, nous demandons à la banque de faire la lumière" en mandatant un groupe d'experts indépendants, a affirmé M. Veillon.
"Nous attendons désormais une réponse du Conseil fédéral et de l'UBS d'ici la fin de l'année", a lancé Mme Roth-Bernasconi. Mais pas question de soutenir la création d'une commission d'enquête parlementaire.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS