Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Football - Neuchâtel Xamax a déposé lundi matin un recours à la suite de la décision prise le 18 janvier par la Commission disciplinaire de la Swiss Football League.
Le club demande "la restitution immédiate de l'effet suspensif au motif que la Commission disciplinaire de la SFL n'est pas compétente pour prononcer un retrait de licence." Il exigeait que le Tribunal de recours de l'ASF ait rendu sa décision "dans les heures qui viennent, au plus tard à 11h30" ce lundi. La commission disciplinaire de la SFL avait refusé d'octroyer l'effet suspensif en raison de la gravité des faits.
Les autorités du football suisse n'ont cependant pas pu satisfaire à cet ultimatum. "Il est impossible de statuer aujourd'hui (réd: lundi) dans une affaire aussi complexe. Il faut prendre le temps d'étudier les onze pages reçues par fax", a lâché au téléphone Marco Von Ah, chef de presse de l'ASF. "Mais nous voulons tout faire pour prendre rapidement une décision afin de lever les nombreuses incertitudes avant la reprise du championnat" le 4 février, a-t-il assuré.
Neuchâtel Xamax affirme que seule la commission des licences est compétente pour prononcer un retrait de licence. La commission de discipline "ne figure pas au nombre des autorités compétentes" en matière de licence, argumente le club dans son recours. Il rappelle par ailleurs que, selon le règlement d'octroi des licences, "la sanction la plus grave que la commission de discipline puisse prendre est la relégation à la fin de la saison. "
Xamax explique encore que la commission disciplinaire de la SFL a permis aux joueurs, en refusant d'accorder un effet suspensif, "de résilier leur contrat de travail pour de justes motifs." Deux joueurs (Sébastien Wütrich et Vullnet Basha) l'ont déjà fait et neuf autres menacent de le faire, est-il précisé dans le recours déposé.
Le club du président Bulat Chagaev souligne en outre que l'homme d'affaires tchétchène "n'arrive plus à faire en sorte que des fonds provenant de comptes dont il est titulaire en Russie soient crédités sur des comptes en Suisse", en raison de la "campagne de dénigrement dont il est l'objet." Il apporte notamment la preuve que les comptes du club au Credit Suisse "ont été clôturés, à l'instigation de cette banque."

ATS