Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Parmi les 200 souffleurs présents à Nendaz (VS) ce week-end figuraient notamment des Japonais.

KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD

(sda-ats)

Le 16e Festival de cor des Alpes de Nendaz a attiré 10'000 personnes ce week-end dans la station valaisanne malgré une météo mitigée. Les organisateurs tirent un bilan global "réjouissant", avec notamment une forte participation au concours.

Si les orages ont refroidi l'atmosphère vendredi et samedi et retenu une partie du public, l'affluence est dans la moyenne, a indiqué dimanche à l'ats Beat Eggel, président du comité d'organisation du festival.

Concernant le concours, il s'agit de la deuxième plus grande édition, avec 103 joueurs et une participation de nombreux pays, Etats-Unis et Japon notamment, ajoute M. Eggel.

La grande majorité des souffleurs de cor des Alpes viennent de Suisse alémanique. Un tiers environ fait le déplacement depuis l'Allemagne, la France ou la Belgique.

Pas moins de 200 musiciens ont pris part au morceau d'ensemble le dimanche. Cet élément-phare de la manifestation se déroule sur les berges du lac de Tracouet, à 2200 mètres d'altitude.

Vitrine folklorique

Le festival se veut aussi une vitrine folklorique. Musique populaire, yodleurs, lanceurs de drapeaux, sonneurs de cloches et grand cortège avec groupes, chars, vaches, chèvres, chevaux et chiens saint-bernard étaient au programme.

Les premières traces du cor des Alpes en Suisse figurent dans des écrits du naturaliste zurichois Conrad Gessner, vers 1555. L'instrument était utilisé en Suisse centrale pour rassembler le bétail.

Il était également un moyen d'annoncer les nouvelles d'une vallée à l'autre. Ce n'est que vers 1880 que l'instrument a pris sa forme actuelle.

ATS