Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les journées portes ouvertes du chantier du CEVA ont attiré samedi et dimanche des milliers de curieux. Ils ont pu découvrir plusieurs réalisations de ce projet ferroviaire de 16 km entre la Suisse et la France.

Cinq sites ont été ouverts au public, ce qui a permis d’observer le travail accompli depuis le premier coup de pioche en 2011. Des navettes gratuites ont permis de circuler entre les chantiers impressionnants du CEVA (Cornavin-Eaux-Vives-Annemasse): construction de deux nouveaux ponts, de deux tunnels, de plusieurs tranchées couvertes et de cinq gares.

Succès des tunnels

« Nous avons connu une grosse affluence et ne sommes pas loin des 30'000 personnes attendues. Dix mille personnes sont venues samedi et davantage dimanche », a affirmé à l’ats la chargée de communication Caroline Monod. Selon elle, ce sont les tunnels qui ont eu le plus de succès et le site du Val d’Arve.

Au Val d’Arve, les visiteurs ont pu se rendre sur 300 mètres jusqu’au front d’attaque du tunnel de Champel et admirer la structure du futur pont qui enjambera l’Arve. C’est la partie la plus spectaculaire et aussi la plus difficile du chantier, des recours et la nature du terrain ayant retardé le creusement du tunnel.

Chantier en profondeur

A Carouge-Bachet, la descente au chantier en profondeur sur une hauteur équivalente à celle d’un immeuble de trois étages a permis d’accéder à une petite portion du plus long tunnel du CEVA. A la future gare aérienne de Lancy-Pont Rouge, les visiteurs ont pu observer des démonstrations d’engins télécommandés.

La première partie des travaux de gros œuvre est achevée dans la future gare des Eaux-Vives. Quelque 700 personnes sont descendues dimanche matin à 16 mètres sous terre dans la caverne de béton pour une partie officielle et ont pu marcher à l’emplacement des futures voies.

Enfin, à Chêne-Bourg, le gros œuvre étant terminé, il était possible de descendre au niveau des quais du futur Léman-Express. Dimanche, dans le cadre de la Journée sans ma voiture, les habitants ont pu aussi parcourir à pied en exclusivité le tracé de la Voie verte qui permettra aux piétons et aux vélos de passer au-dessus des trains dans un cordon de verdure entre les Eaux-Vives et Chêne-Bourg.

Objectif décembre 2019

Des explications sur l’architecture des futures gares, un diaporama sur le chantier, des maquettes ont complété la visite. Une mise en service partielle est prévue en décembre 2017, avec décembre 2019 comme objectif final pour toute la liaison.

"Cet objectif est maintenu, mais nous ferons le point quand la moitié des tunnels sera creusée", a précisé Caroline Monod.

Le taux d’avancement des travaux est estimé actuellement à 48%. Près de 500 ouvriers travaillent sur les chantiers et 161 entreprises et bureaux.

Le budget de 1,5 milliard est couvert à 56% par la Confédération et 44% par le canton de Genève. Sur sol français, s’y ajoutent 234 millions d’euros (256 millions de francs): le tracé de deux kilomètres comprend d’importants travaux de modernisation de la gare d’Annemasse et de la ligne du Chablais, financés par les partenaires français.

ATS