Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Face au très fort afflux de migrants, le canton de Vaud rouvre l'abri de protection civile du Mont-sur-Lausanne. L'ouverture d'autres abris est préparée, faute de situations plus satisfaisantes, indique l'EVAM (Etablissement vaudois d'accueil des migrants).

Le nombre de requérants d’asile attribués au canton de Vaud a été multiplié par six entre avril et juin. Pour répondre à cette évolution, l'EVAM rouvre dès mercredi dans l'urgence l’abri de protection civile (PC) du Mont-sur-Lausanne. A courte échéance, il prépare l’ouverture d’autres abris, faute de mieux.

Le nombre de requérants d’asile attribués au canton de Vaud par le Secrétariat d’Etat aux migrations croît de façon exponentielle depuis le mois de mai. Pour le seul mois de juin, l’EVAM a accueilli 294 requérants d’asile contre 48 deux mois auparavant.

L'abri du Mont-sur-Lausanne avait fermé il y a un mois, après trois ans et neuf mois d'exploitation. La cohabitation avec les résidents du quartier s'était bien déroulée, a observé l'EVAM qui aborde cette nouvelle collaboration avec "sérénité".

Actuellement, l'établissement gère neuf abris de protection civile, à Lausanne, Begnins, Coppet, Orbe, Préverenges, Epalinges et Pully notamment. Seul le recours à des structures souterraines permet de répondre à l'afflux de requérants des derniers mois, dit-il.

Autres pistes

L'EVAM explore d'autres pistes pour augmenter ses capacités d'hébergement. Il cherche à louer des immeubles temporairement vides et démarche certains hôtels pour anticiper l'absence de places vacantes. Il examine également la possibilité de réaliser des constructions provisoires, mais un permis de construire est nécessaire.

Confronté au même afflux de migrants, le canton de Fribourg a récemment décidé d'ouvrir les abris PC de Châtillon, à Posieux. A Genève, des requérants d'asile et un collectif de soutien occupent la Maison des arts du Grütli depuis la mi-juin. Ils demandent au canton de trouver des alternatives aux abris souterrains. Une solution est en discussion.

ATS