Toute l'actu en bref

Les forces de l'ordre ont fait usage d'un canon à eau et de gaz lacrymogènes pour disperser quelque 200 à 300 émeutiers qui se sont extraits d'un rassemblement pacifique avant de lancer des pierres et des bouteilles incendiaires.

KEYSTONE/EPA ANSA/CIRO FUSCO

(sda-ats)

Des affrontements se sont produits samedi à Naples entre la police et des manifestants qui protestaient contre la venue du chef de la Ligue du Nord, Matteo Salvini. La formation populiste a longtemps dénoncé le poids du sud de l'Italie sur les finances publiques.

Les forces de l'ordre ont fait usage d'un canon à eau et de gaz lacrymogènes pour disperser quelque 200 à 300 émeutiers, le visage cagoulé ou casqué, qui se sont extraits d'un rassemblement pacifique avant de lancer des pierres et des bouteilles incendiaires. Les incidents se sont produits dans l'ouest de la ville, près du stade de football San Paolo.

Le maire de Naples, Luigi de Magistris, s'est associé cette semaine au collectif réclamant que M. Salvini ne puisse prendre la parole. Mais le ministre de l'Intérieur Marco Minniti s'est impliqué dans la controverse et a demandé à la police locale de faire en sorte que cette visite puisse avoir lieu.

Créé dans les années 1980 par Umberto Bossi, la Lega s'est fait connaître à ses origines par un programme indépendantiste pour le nord de l'Italie et des critiques sur le Mezzogiorno, accusé de ponctionner les impôts payés par les contribuables du nord.

Il y a huit ans, lors d'une manifestation de la Ligue, Matteo Salvini avait été filmé en train de chanter un chant insultant les Napolitains. Mais l'homme qui a succédé à Umberto Bossi en 2013 et brigue désormais la présidence du Conseil italien, a atténué depuis ses charges anti-Sud et présenté des excuses au nom de son parti.

ATS

 Toute l'actu en bref