Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

AFG Arbonia-Forster maintient son projet de délocalisations sur le site d'Arbon (TG), au terme du délai de consultation. Unia regrette de son côté que des salariés "paient pour les erreurs de la direction".

C'est après d'intenses discussions qu'AFG a décidé de maintenir la délocalisation de la production de corps de chauffe d'Arbon vers la République tchèque, indique à l'ats vendredi une porte-parole du fabricant thurgovien d'équipements du bâtiment. Les sorts des sites de Villeneuve (VD) et d'Altstätten (SG) n'ont en revanche pas encore été tranchés.

Les employés ont été informés jeudi et le groupe n'a pas l'obligation de mettre sur pied un plan social, précise la porte-parole. Le syndicat estime que la direction a fait fi de toutes les propositions faites par les salariés pour sauver l'entreprise.

Plus de 60 licenciements

Les employés doivent désormais "payer de façon inadmissible pour les erreurs de la direction de l'entreprise", fustige l'antenne grisonne du syndicat vendredi dans une prise de position. Au cours du mois d'octobre, 16 personnes perdront leur travail. Une cinquantaine d'autres licenciements sont prévus d'ici l'an prochain.

Pour mémoire, le groupe thurgovien a annoncé mi-août un vaste programme de délocalisation vers l'étranger, après avoir fortement creusé sa perte au premier semestre. Celle-ci atteint 132,6 millions de francs, contre un résultat négatif de 2,6 millions un an auparavant.

Au total jusqu'à 400 postes pourraient être biffés. Le plan prévoit notamment de transférer la production du fabricant de fenêtres EgoKiefer de Villeneuve (VD) vers Pravenec en Slovaquie à mi-2016. Le site sera fermé courant 2016 et environ 90 emplois seront supprimés. AFG veut aussi déplacer jusqu'à 160 postes d'Altstätten (SG) vers Langenwetzendorf, en Allemagne, après le rachat du fabricant allemand de fenêtres Wertbau.

ATS