Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Deux conseillers militaires américains ont été tués samedi dans une fusillade au ministère de l'Intérieur à Kaboul. Les émeutes secouant l'Afghanistan restent vives cinq jours après l'incinération de corans dans une base militaire américaine.

Cinq personnes sont mortes et 66 ont été blessées, dont onze policiers, lors de l'attaque, avortée, d'un complexe de l'ONU dans la province de Kunduz au nord du pays, alors que quinze autres manifestants ont été blessés lors d'émeutes à Mihtarlam, la capitale du Laghman, à l'est.

Dans la capitale afghane, deux "conseillers américains" ont été retrouvés "tués par balle", "dans leur bureau" du ministère de l'Intérieur, a déclaré le ministère.

Personnel rappelé

Les deux victimes appartiennent à l'ISAF, selon qui "un individu" a "retourné son arme" contre ses "membres". A la suite de cette attaque, le général John Allen, qui dirige la force de l'OTAN en Afghanistan, a décidé de "rappeler tout le personnel" de l'OTAN travaillant dans les ministères afghans.

Les talibans ont revendiqué l'assassinat de quatre conseillers au ministère de l'Intérieur par "un héros", qui a agi "en réaction au manque de respect des envahisseurs pour les objets sacrés de l'islam", surtout après "l'incinération de corans dans la base de Bagram".

Cinq jours d'émeutes

Dans la nuit de lundi à mardi, des exemplaires du coran, confisqués à des détenus ont été incinérés parce que, selon des responsables à Washington, ils servaient à faire passer des messages entre prisonniers.

Les émeutes anti-américaines ont fait en cinq jours 29 morts et plus d'une centaine de blessés.

ATS