Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

New York - Le nombre de soldats étrangers morts en 2010 en Afghanistan a atteint la barre des 600 après l'annonce lundi d'un nouveau décès. C'est de loin le bilan le plus lourd pour l'OTAN en neuf ans de guerre, alors que le gouvernement tente d'entamer des discussions avec les talibans.
Deux soldats étrangers meurent chaque jour en moyenne en Afghanistan, un rythme vertigineux comparable aux pires mois de la guerre en Irak début 2007.
Un soldat de l'OTAN a péri dimanche lors d'une attaque des insurgés dans l'est du pays, a annoncé l'alliance, sans préciser sa nationalité ni les circonstances de sa mort.
Cette perte porte à 600 le nombre de soldats étrangers morts dans le cadre des opérations militaires dans le pays depuis le début 2010, selon un décompte de l'AFP établi à partir du site internet indépendant icasualties.org.
2009 avait été, avec 521 morts, de très loin, l'année la plus meurtrière pour les soldats étrangers depuis que la force internationale, emmenée par les Etats-Unis, a chassé les talibans du pouvoir fin 2001.
Au total, 2170 soldats de la coalition, dont 1348 Américains, ont été tués depuis l'invasion de l'Afghanistan. Plus des deux tiers des quelque 150'000 hommes de la coalition présents en Afghanistan sont américains.
Les civils restent toutefois, et de loin, les premières victimes du conflit (plus de 2400 civils tués en 2009 selon l'ONU).
Timide amorce de médiation
Comme ils l'avaient fait en Irak en 2007, les Etats-Unis ont envoyé des renforts et mis en oeuvre une nouvelle stratégie de contre-insurrection. L'objectif officiel des forces de l'OTAN est de passer le relais aux forces afghanes de sécurité d'ici à fin 2014. Mais les experts doutent très fortement de la capacité de ces dernières à relever ce défi.
Parallèlement, un timide début de discussion semble s'esquisser entre le gouvernement afghan et les insurgés, notamment talibans. Le président Hamid Karzaï a créé cet automne une instance de médiation, le Haut conseil pour la paix, à cet effet.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS