Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Kaboul - Le président afghan Hamid Karzaï a admis lundi que son administration recevait des "sacs d'argent" du gouvernement iranien et de plusieurs pays. Mais il a assuré qu'il s'agissait d'aide officielle, mettant cependant en lumière les circuits troubles de financement en Afghanistan.
La Maison Blanche a réagi en affirmant que les Américains avaient "toutes les raisons d'être inquiets" d'une ingérence de l'Iran dans les affaires afghanes.
L'aveu du chef d'Etat afghan intervient après la publication samedi par le quotidien américain "New York Times" d'un article mettant en cause le chef de l'administration présidentielle afghane, Oumar Daoudzaï.
Selon le quotidien américain, ce dernier a reçu de fortes sommes d'argent transportées par l'ambassadeur iranien dans des sacs et les a ensuite versées sur un fonds secret utilisé par la présidence pour payer des députés, des chefs de tribus et même des responsables talibans, afin de s'assurer de leur loyauté.
L'Iran profiterait de ces versements pour accroître son influence et semer la discorde entre les Afghans et leurs alliés américains et ceux de l'OTAN, affirme le journal.
M. Karzaï a confirmé les versements iraniens en liquide, tout en estimant qu'il n'y avait là rien de dérangeant ou d'illégal. "Le gouvernement iranien nous aide une ou deux fois par an en nous donnant 500'000, 600'000 ou 700'000 euros à chaque fois", a-t-il déclaré.
"Il s'agit d'aide officielle. (Oumar) Daoudzaï reçoit l'argent du gouvernement iranien conformément à mes ordres", a ajouté M. Karzaï. "Tout cela est transparent. Et oui, l'argent arrive dans des sacs", a reconnu le chef de l'Etat afghan.
Interrogée lundi matin, l'ambassade iranienne à Kaboul a elle qualifié les allégations du "New York Times" de "fausses, insultantes et ridicules".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS