Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le président américain Barack Obama a signé dans la nuit de mardi à mercredi un accord stratégique avec son homologue afghan Hamid Karzaï lors d'une visite surprise à Kaboul un an après l'élimination d'Oussama Ben Laden. Il a également promis aux Américains la fin de "plus d'une décennie" de guerre.

Un attentat suicide, suivi de deux explosions, ont en outre secoué le centre de la capitale, peu après le départ d'Obama. L'attaque suicide a été revendiquée par les talibans et s'est produite dans une pension abritant notamment des employés étrangers de l'Union européenne et de l'ONU à Kaboul. Tous les assaillants ont été tués.

Un kamikaze a précipité son véhicule piégé contre l'entrée de l'établissement, le Green Village, tuant cinq passants afghans, ainsi qu'un garde de sécurité dont la nationalité n'est pas connue.

Accord sur dix ans

L'accord signé entre les deux dirigeants ne prévoit pas de bases militaires permanentes en Afghanistan, mais engage ce pays à donner "accès et jouissance aux forces américaines jusqu'à 2014 et au-delà". Le texte inclut la possibilité que des forces américaines restent après cette date pour "former les forces afghanes et viser (les éléments) d'Al-Qaïda restants", selon la Maison Blanche.

"Les Etats-Unis vont aussi désigner l'Afghanistan 'allié majeur non membre de l'OTAN'", un statut privilégié déjà accordé à des pays comme le Japon, la Jordanie ou l'Egypte. Mais ce partenariat "n'engage pas les Etats-Unis sur un nombre de soldats ou un niveau de financement à l'avenir".

Le président a quitté en secret Washington dans la nuit de lundi à mardi et a atterri à la base militaire de Bagram, à 50 km de Kaboul. Il a ensuite rejoint en hélicoptère le palais présidentiel dans la capitale afghane.

Une heure plus tard, lui et M. Karzaï y ont signé cet accord courant pendant les 10 années qui suivront le retrait des forces combattantes américaines, déjà prévu d'ici à fin 2014.

ATS