Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les quatre membres de l'ONG suisse Medair retenus en otage en Afghanistan depuis une dizaine de jours ont été libérés dans la nuit de vendredi à samedi suite à une opération des forces de l'OTAN. Cinq des ravisseurs ont été tués au cours du raid, a indiqué samedi l'Alliance atlantique.

Parmi les otages se trouvaient deux femmes médecins, une Britannique et une Kényane de 28 et 26 ans respectivement, ainsi que deux collaborateurs afghans de Medair. Un cinquième otage afghan a également été libéré.

Tous "ont été libérés par les forces de l'OTAN à l'aube alors qu'il faisait encore nuit, de la grotte où ils étaient retenus" à Shahrbuzurg, dans le Badakhshan, province du nord-est montagneux afghan, a déclaré un porte-parole de l'Alliance.

Feu vert de Londres

Les forces britanniques ont pris part à l'opération à laquelle le Premier ministre David Cameron avait donné son feu vert, a indiqué le ministère britannique des Affaires étrangères.

"Helen et ses collègues ont été libérés par les forces de l'Isaf, dont des soldats britanniques, au cours d'une opération minutieusement préparée et coordonnée," a précisé le ministère dans un communiqué.

Les deux femmes ont été accueillies à l'ambassade de Grande-Bretagne à Kaboul, tandis que leurs collègues afghans sont repartis dans leur familles dans le Badakhstan, a précisé le ministère. On ignore si une rançon a été réclamée par les kidnappeurs.

Version afghane

"Cinq ravisseurs ont été tués pendant l'opération. Les otages sont en bonne forme", avait plus tôt indiqué un officiel afghan, Lal Mohammad Ahmadzai, porte-parole des forces de sécurité provinciales, qui avait attribué la conduite de l'opération aux forces spéciales afghanes.

Le chef de la police provinciale, Sakhidad Haidar, avait de son côté déclaré qu'il s'agissait d'une opération menée conjointement avec la force de l'OTAN déployée en Afghanistan, et que le commando avait été héliporté jusqu'à la maison où les otages étaient retenus.

ATS