Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le retour de Médecins sans frontières à Kunduz revêt une portée hautement symbolique. Ici l'ancien hôpital de MSF dans cette ville, avant qu'il ne soit détruit par les raids américains (archives).

KEYSTONE/EPA MEDICINS SANS FRONTIERES/MEDICINS SANS FRONTIERES /

(sda-ats)

L'organisation Médecins sans Frontières (MSF) est de retour à Kunduz, dans le nord de l'Afghanistan, où elle a ouvert samedi une petite clinique. En octobre 2015, l'hôpital de MSF dans cette ville avait été sévèrement bombardé par les Américains.

Le nouvel établissement - une clinique de jour - fonctionnera sept jours sur sept. Il traitera principalement les "petites blessures et les petites brûlures", mais sera fermé la nuit, a précisé Silvia Dallatomasina, responsable des programmes de MSF en Afghanistan.

"Nous avons décidé de reprendre nos activités médicales à Kunduz en raison des besoins exprimés sur place, mais nous devons procéder pas à pas et cette clinique est la première étape", justifie-t-elle. La nouvelle clinique démarre avec un médecin et cinq infirmiers, précise Mme Dallatomasina.

"Simultanément, nous sommes en train de finaliser les accords avec les différentes parties au conflit en vue de l'ouverture d'un hôpital courant 2018" a-t-elle assuré. "Il s'agira d'un nouveau bâtiment", distinct de la clinique située au centre-ville.

Hautement symbolique

Le retour de MSF à Kunduz revêt une portée hautement symbolique. Dans la nuit du 3 octobre 2015, l'hôpital de traumatologie opéré par l'ONG internationale à Kunduz avait été la cible de plusieurs raids aériens conduits par les forces américaines. Les bombardements avaient fait au moins 42 morts, dont 24 patients et 14 membres du personnel de MSF.

L'organisation avait pourtant donné quelques jours auparavant les coordonnées GPS de l'établissement à tous les protagonistes du conflit - forces régulières afghanes, talibans et coalition occidentale. Cet hôpital était seul de cette envergure dans le nord-est de l'Afghanistan.

"Pas un crime de guerre"

En avril 2016, le Pentagone avait rendu son rapport d'enquête et reconnu que certaines règles n'avaient pas été respectées. Mais il jugeait en conclusion qu'il ne s'agissait d'un crime de guerre, car la bavure ne résultait pas d'un acte intentionnel, mais d'une "combinaison d'erreurs humaines". MSF continue de réclamer une enquête indépendante.

L'ONG présente en Afghanistan depuis les années 1980 opère dans la capitale du Helmand (sud), Lashkar-Gah, un des épicentres du conflit. Elle travaille aussi dans une maternité de Kaboul et à Khost, dans le sud-est du pays près de la frontière pakistanaise. La maternité de Khost enregistre un nombre toujours croissant de naissances (17'900 en 2015 et un record de 58 par jour en décembre 2015), ce qui lui vaut le surnom de "l'usine à bébés".

ATS