Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Washington - Plus de trois milliards de dollars ont quitté illégalement l'Afghanistan au cours des dernières années, dans un pays gangrené par le trafic de drogue et la corruption. Cette information a été révélée par le "Wall Street Journal".
Cet argent liquide - qui représente plus que les impôts et les taxes douanières récoltés annuellement - est officiellement déclaré avant d'être chargé dans des valises ou des palettes à bord d'avions au départ de Kaboul. Selon les enquêteurs, il provient en partie de projets humanitaires financés par des ONG occidentales et de contrats passés par les forces de la coalition et de l'OTAN.
"Tout cela ressemble à nos impôts qui seraient volés. Et à l'opium, bien sûr", a déclaré un responsable américain chargé d'enquêter sur la corruption et le financement des talibans.
Des dollars américains, des riyal saoudiens, des roupies pakistanaises, des couronnes norvégiennes et même d'anciens deutschmarks échangeables contre des euros, sont détournés vers l'étranger.
D'après les enquêteurs, de hauts responsables afghans et l'entourage du président Hamid Karzai seraient impliqués dans ces détournements, parmi lesquels le frère de M. Karzai et celui de son vice-président, Mohammed Fahim. Les deux hommes ont nié toute participation.
Les soupçons de corruption et d'implication dans le commerce de l'opium de responsables politiques afghans ont alimenté les ressentiments de la population à l'égard du gouvernement, soutenu par Washington, et renforcé la popularité des talibans.
Le "Washington Post" révèle que des responsables du gouvernement afghan ont régulièrement entravé des enquêtes sur des opérations de corruption.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS