Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le numéro un mondial du platine Amplats a annoncé vendredi le licenciement de 12'000 de ses 28'000 mineurs en grève sauvage du site de Rustenburg dans le nord de l'Afrique du Sud. Ces événements surviennent au lendemain de la mort d'un gréviste tué par la police.

L'entreprise avait clairement menacé de licencier les grévistes refusant de comparaître devant les conseils de discipline. Ces conseils, convoqués depuis mardi, se sont tenus comme prévu, explique Amplats.

Tension constante

L'entreprise, dont tous les puits du bassin de Rustenburg sont bloqués depuis le 12 septembre, avait déjà lancé plusieurs ultimatums à ses employés, les sommant de reprendre le travail sous peine de licenciement. Les ultimatums avaient jusqu'à présent été repoussés à chaque fois.

Les grévistes, dont le mouvement ne respecte pas les procédures du droit du travail sud-africain, réclament 16'000 rands mensuels (1'700 francs suisses), une substantielle augmentation.

Les violences à Amplats témoignent de la tension qui règne toujours dans nombre de mines sud-africaines, paralysées depuis presque deux mois par des grèves sauvages.

Un mineur tué

Jeudi soir, un mineur a de nouveau été tué dans des affrontements entre employés d'Amplats et policiers à Rustenburg.

Les policiers affirment avoir utilisé des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc pour disperser un rassemblement illégal, assurant que les mineurs avaient commencé à jeter des pierres sur les forces de l'ordre.

Tous les témoignages recueillis auprès des mineurs indiquent au contraire que la police a ouvert le feu avant qu'il y ait eu la moindre marque d'hostilité de la part des mineurs.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS