Toute l'actu en bref

La mosquée An'Nur a fait couler beaucoup d'encre depuis l'an passé. Un imam éthiopien a été arrêté le 2 novembre dernier. Il est soupçonné d'avoir appelé au meurtre de musulmans non pratiquants (archives).

KEYSTONE/WALTER BIERI

(sda-ats)

La justice zurichoise a placé en détention préventive les neuf individus visés par une enquête sur l'agression de deux personnes à la mosquée An'Nur à Winterthour (ZH). L'enquête durera "des semaines, voire des mois", indique le Ministère public à l'ats.

Le tribunal des mesures de contrainte a donné suite vendredi à la demande du Ministère public zurichois de mettre en détention provisoire huit adultes dans l'affaire de l'agression à la mosquée. L'adolescent de 17 ans également arrêté dans ce dossier séjourne désormais lui aussi en préventive, précise la Justice des mineurs.

Tous sont soupçonnés d'agression, de séquestration, menace, contrainte et lésion corporelle. Mardi dernier, dix individus âgés de 17 à 53 ans ont été arrêtés en lien avec cette affaire. Une personne a été rapidement remise en liberté.

Victimes accusées de "traîtrise"

Les suspects auraient agressé, frappé et séquestré deux personnes le 22 novembre dernier dans la mosquée An'Nur de Winterthour et menacé de mort leurs familles. Ils accusaient leurs victimes d'avoir donné à des journalistes des informations sur un prédicateur qui aurait appelé au meurtre de musulmans non pratiquants.

Le Ministère public communiquera de nouveau sur cette affaire en temps voulu. La mosquée An'Nur a déjà beaucoup fait parler d'elle. Plusieurs médias soupçonnent l'association qui chapeaute la mosquée d'être mêlée aux départs de djihadistes en Syrie.

Un imam éthiopien qui aurait appelé au meurtre de musulmans non pratiquants a été arrêté le 2 novembre. Soupçonné de provocation au crime et à la violence, il est toujours en détention préventive. Un membre du comité de l'association de la mosquée arrêté le même jour que l'imam a été libéré.

ATS

 Toute l'actu en bref