Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'enquête portant sur l'agression d'une femme à Chêne-Bougeries à Genève fin février avance à grands pas. Quatre personnes sont actuellement sous les verrous, dont le mari de la victime. Ce dernier a été inculpé d'instigation à assassinat.

L'affaire a connu un rebondissement en mai, lorsqu'un Kosovar est arrêté après avoir fait usage d'une arme à feu dans un bar genevois. L'ADN de l'individu correspond à celui relevé sur les lieux de l'agression de Chêne-Bougeries. La police a ainsi pu remonter la piste.

"Mon client a été mandaté pour faire peur à la victime, pas pour la tuer", a souligné vendredi l'avocat de l'agresseur présumé, confirmant une information parue dans la "Tribune de Genève" et "Le Matin". Les exécutants du contrat devaient recevoir 400'000 francs. L'homme de main n'a finalement jamais touché un centime.

Agressée dans son jardin

Outre l'agresseur présumé et l'époux de la victime, deux autres Kosovars sont actuellement détenus. Le premier est un ami de longue date du mari et le second a joué le rôle d'intermédiaire. La procédure en est à ses débuts.

La femme a été agressée dans son jardin, devant sa maison, alors qu'elle rentrait de vacances un soir de février. Selon l'avocat, le mari, gérant de fortune, aurait voulu traumatiser son épouse afin de la pousser à vendre leur maison dans la perspective de leur divorce.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS