Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Sur les 153 personnes suspectées d'avoir commis des agressions notamment à caractère sexuel lors du Nouvel An à Cologne, 103 sont de nationalité algérienne ou marocaine, ont indiqué mardi les autorités allemandes. Seuls quatre Allemands figurent parmi elles.

Soixante-huit suspects disposent du statut de demandeur d'asile et 18 se trouvaient au moment des faits en situation illégale en Allemagne. Pour 47 d'entre eux, leur nationalité ou leur statut n'a pas pu être établi avec certitude, selon la même source.

La Saint-Sylvestre s'était transformée en nuit de cauchemar pour des centaines de femmes à Cologne. Ce soir-là, sur le parvis de la gare, des femmes étaient devenues des proies sexuelles pour des jeunes migrants, éméchés et présentés rapidement par la police et les responsables politiques comme principalement d'origine nord-africaine.

Ces viols, attouchements sexuels et vols de téléphones portables ont provoqué un immense choc en Allemagne, qui avait jusqu'ici accueilli plutôt favorablement les quelque 1,1 million de migrants arrivés en 2015.

Actuellement, 24 des personnes interpellées se trouvent toujours en détention préventive. Au total, la police a reçu 1527 plaintes, et dressé une liste de 1218 victimes, dont 626 de délits sexuels.

ATS