Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une infrastructure routière peu claire ou qui sollicite trop la patience des usagers encourage l'agressivité au volant, dénonce une étude. Ses auteurs préconisent de construire des routes "auto-explicables", dont la largeur correspondrait notamment à la vitesse autorisée.

L'infrastructure routière devrait permettre de bien comprendre et d'interpréter sans équivoque les éléments importants, même par des personnes non familières des lieux, plaide cette étude commandée par l'Association suisse des ingénieurs et experts en transports (SVI). Elle encouragerait ainsi une circulation plus fluide, qui sollicite moins la patience des autres usagers.

De même, avertir les automobilistes suffisamment tôt de la présence d'un chantier, en leur permettant de prendre une route alternative s'ils le souhaitent, permet de désamorcer l'agressivité au volant. Enfin, l'étude recommande la mise en place généralisée de feux de signalisation se régulant en fonction de la circulation afin de préserver la patience des conducteurs.

Réglementation excessive

Les routes "auto-explicables" devraient permettre de renoncer à une réglementation excessive, tout en offrant aux usagers de claires orientations. Mais cette notion est encore peu définie, reconnaît Christian Ary Huber, chef du service technique de la circulation au bureau de prévention des accidents (bpa), dans la revue du TCS.

"Nous manquons encore de directives officielles claires", souligne M. Huber. "Heureusement, la Confédération est en train d'édicter un manuel" qui donnera des "outils concrets aux ingénieurs cantonaux et communaux".

ATS