Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

"L'été au printemps, l'automne en été et l'été en automne", voici comment l'Union suisse des paysans (USP) décrit l'année écoulée. Une telle situation a joué des tours aux agriculteurs. Certains d'entre eux ont souffert d'excédents de production et le franc fort a pénalisé les exportations.

La première fauche est généralement passée à la trappe du fait de la sécheresse persistante en début d'année, souligne l'USP dans un rapport publié vendredi. Toutefois, les coupes de regain ont dans la plupart des cas permis de compenser le déficit.

De fin juin à mi-juillet, les fortes pluies, juste au moment de la maturation des céréales, ont rendu difficile la récolte et contraint à un séchage. Les végétaux ont cependant beaucoup profité de cette humidité.

Récoltes exceptionnelles

Les récoltes de céréales, de betteraves sucrières, de pommes de terre, de fruits et de raisins ont été exceptionnelles, souligne l'USP. En outre, la douceur de l'automne a permis aux vignes de donner des fruits très sucrés.

Pour les animaux de boucherie, le prix du porc, "très bas, comme en 2010", inquiète l'USP. Elle rappelle que "l'Interprofession du lait n'a pas réussi a résoudre les problèmes sur le marché du lait, ni à réduire les énormes stocks de beurre". En conséquence, les prix à la production sont restés sous pression.

Valeur globale en baisse

Globalement, la valeur de la production agricole a baissé de 0,4% pour s'inscrire à 10,251 milliards de francs, indique l'USP. La valeur ajoutée brute a baissé de 1% pour s'inscrire à 3,781 milliards. Par ailleurs, l'USP estime que les revenus de l'agriculture ont encore baissé de 3,2% par rapport à celui de 2010.

Les exploitations des régions de collines sont les grandes perdantes de l'année 2011, souligne l'USP. Leur revenu par unité de main d'oeuvre familiale a été 6% inférieur à 2010.

ATS