Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Agroscope: le Conseil fédéral opte pour une solution décentralisée

A l'heure actuelle, Agroscope se compose de trois sites principaux équivalents, Posieux (FR), Changins (VD) et Reckenholz (ZH) (archives).

KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER

(sda-ats)

Le Conseil fédéral a décidé du futur d'Agroscope. L'institut de recherche agricole se composera d'un campus de recherche central à Posieux (FR), de deux centres de recherche régionaux à Changins (VD) et Reckenholz (ZH) et de stations d'essai décentralisées.

Cette solution est "optimale" et a été la plus largement soutenue, souligne vendredi le Département fédéral de l'économie, de la formation et de la recherche (DEFR) dans un communiqué. Elle émane d'un dialogue intensif ces derniers mois avec le comité de direction d'Agroscope, les représentants nationaux de la recherche, les parlementaires, les filières et les cantons.

Cette variante présente le meilleur équilibre entre augmentation de l'efficacité, prise en compte des différences linguistiques, facilité de gestion et exploitation des synergies dans les questions de recherche interdisciplinaires, précise le communiqué. La transition vers la nouvelle structure devrait être achevée dans une dizaine d'années.

Le concept prévoit en outre des coopérations avec les cantons et le secteur privé. A Tänikon (TG), la collaboration en matière de numérisation avec le canton de Thurgovie sur la Swiss Future Farm sera par exemple renforcée.

Plus d'efficacité

La mise en oeuvre de cette variante devrait améliorer l'efficacité des dépenses de fonctionnement d'Agroscope d'environ 16 millions de francs. Ces fonds seront réinvestis dans la recherche agricole. Le DEFR soumettra un concept détaillé et un plan de mise en oeuvre au Conseil fédéral d'ici à fin 2019.

A l'heure actuelle, Agroscope se compose de trois sites principaux équivalents à Posieux, Changins et Reckenholz, ainsi que de sept sites spéciaux répartis dans tout le pays. Les parallélismes entraînent des coûts d'exploitation et d'infrastructure élevés et se traduisent par une perte d'efficacité au niveau des synergies.

Le repositionnement de l'institut de recherche agricole a été lancé dans le cadre des réformes structurelles du Conseil fédéral. En novembre 2017, le gouvernement avait chargé le DEFR d'étudier un repositionnement d'Agroscope, dans le but d'atteindre 20% d'économies.

Vaud satisfait

Suite à une levée de boucliers et de nombreuses protestations au Parlement, le Conseil fédéral avait finalement renoncé à son projet de centralisation. Il avait soutenu à la place un compromis de la commission des finances du National.

Dans un communiqué distinct, le Conseil d'Etat du canton de Vaud exprime sa "pleine satisfaction" par rapport à la décision de principe du Conseil fédéral. Ce modèle "renforce la proximité de l'agriculture locale et les échanges interdisciplinaires entre les institutions de recherche et permet d'en accroître l'efficacité".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.